Primark : Flambée des prix +15%, on vous explique tout

Le prix des vêtements a atteint des sommets sans précédent et les articles de la nouvelle collection printemps-été enregistrent déjà une hausse de 5 à 15 % en raison de l’augmentation des coûts pour les entreprises de l’industrie textile. Le fait est que la fabrication d’un pantalon ou d’une robe est plus chère que la saison dernière en raison de l’augmentation de l’énergie et des matières premières due à l’impact de la guerre entre la Russie et l’Ukraine.

Une situation qui a obligé le secteur à répercuter les augmentations sur les consommateurs, après le coup porté à leurs comptes par la pandémie.

C’est ce qu’a confirmé le président de l’Association des entreprises du commerce du textile, des accessoires et du cuir (Acotex), Eduardo Zamácola qui, dans des conversations avec ce journal, a expliqué que « le prix des vêtements accumule une hausse comprise entre 5% et 15% dans la saison printemps-été par rapport à la même période de l’année dernière ». « Toutefois, il convient de noter que cette augmentation des prix touche principalement les vêtements ou les produits que l’on ne trouve pas dans n’importe quel magasin de mode ou qui ont un cachet distinctif, comme une robe d’invité, un costume ou un sac de fête », ajoute-t-il.

« Les produits de base comme une paire de jeans, un T-shirt blanc basique, ou un pyjama n’ont pas subi d’augmentation excessive de leurs prix cette saison, car si le consommateur voit que le prix a augmenté sur un vêtement qu’il peut trouver moins cher et de même qualité dans le magasin voisin, logiquement, il ira dans le magasin voisin », explique M. Zamácola.

Face à cette situation, le président d’Acotex a avoué que « les magasins du secteur se trouvent dans une situation compliquée, après avoir subi les effets de la crise économique et financière, la crise du coronavirus, qui se poursuit à ce jour pour la grande majorité des magasins de mode. « De nombreux entrepreneurs n’osent pas répercuter la hausse des coûts de l’énergie et des matières premières sur les consommateurs et ont choisi de vendre à perte afin de sécuriser au moins les volumes de vente », explique-t-il.

Impact des pressions inflationnistes

Une situation que Zamácola a décrite comme étant non durable à court terme et entraînera la fermeture de magasins si les pressions inflationnistes ne sont pas jugulées. « Dans un contexte de hausse généralisée des prix, les consommateurs n’achèteront pas un nouveau T-shirt ou une nouvelle robe parce qu’ils en ont déjà 15 dans leur garde-robe et qu’il ne s’agit pas d’un prodFmuit de première nécessité comme le lait ou les œufs », explique-t-il.

Des chaînes telles que Inditex, Cortefiel, Springfield ou Primark ont déjà confirmé que leurs produits vont subir une hausse de prix en raison de l’augmentation des coûts de production dans l’industrie textile suite à la guerre en Ukraine. Ainsi, le géant du textile présidé par Marta Ortega augmentera le prix de ses vêtements de 2% en Espagne et au Portugal, tandis que dans le reste du monde, elle appliquera une augmentation moyenne d’environ 5% en raison de l’impact des pressions inflationnistes sur l’activité.