Société

Mort de DJ Arafat : Meiway désigne les « vrais » coupables

Quatre mois ont déjà passé depuis le décès tragique de DJ Arafat pourtant ses proches continuent de le pleurer. Mentor et « grand frère » du Daïshikan, Meiway ne se remet toujours pas de la disparition prématurée de l’icône africaine. Le Professeur Awôlôwô estime que  la perte du champion de la Chine est un gâchis pour toute l’Afrique.

La mort de DJ Arafat a laissé à jamais un vide dans le monde du showbiz ivoirien. L’artiste, grand Influenceur dans son pays, était considéré comme l’une des grandes voix de la musique urbaine africaine. Quatre mois après son départ prématuré pour la demeure céleste, plusieurs artistes sur le continent continuent de pleurer sa mort. Pour Meiway, le leader de la Chine populaire serait encore parmi nous si les gens ne cautionnaient pas ses frasques et ses excès. Pour le concepteur du zoblazo, tout le monde est « responsable de la disparition de ce garçon ». « Tous dans la société, sommes-nous responsables de la disparition de ce garçon (…) On a vu mourir en direct ce garçon sur les réseaux sociaux, c’était choquant. On savait qu’il y avait des failles, j’aurais pu jouer ce rôle de père, mais hélas. Mais j’ai eu le mérite d’avoir essayé. Nous sommes tous responsables de ce gâchis. Tous ceux qui « likaient ces buzz et ces frasques sont autant responsables », a accusé le producteur ivoirien.

Le Génie de Kpalezo a confié avoir essayé à maintes reprises d’échanger avec l’enfant terrible d’Abidjan ne serait ce que pour lui donner des conseils mais toutes ses tentatives pour le joindre ont été vaines. « Arafat est une personne particulière. Il a toujours voulu être son propre chef. Et quand il voyait en face de lui une autorité au-dessus de lui, il fuyait cette autorité-là. Ce fut le cas avec moi, qu’il a toujours considéré comme un père. A maintes fois j’ai tenté de le rencontrer, mais il m’a toujours évité. Il me disait chaque fois quand je l‘appelais « Oui, vieux père, je vais te rappeler. Je t’envoie un message, mais il ne le fait jamais. Même quand je lui laisse un message, il ne répondait pas. Parce qu’il savait que je l’aurais vivement interpellé sur un certain nombre de choses et lui dire stop Petit. J’ai tout de même essayé de le rencontrer. Y en a d’autres qui avaient l’occasion de le faire, ils ne l’ont jamais fait. Donc voilà le gâchis dans la mort d’Arafat. Nous en sommes tous responsables », a martelé Meiway.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer