Société

Meiway : « Le père de DJ Arafat est mort dans mes bras »

Invité sur Vibe radio à l’occasion de la célébration de ses 30 ans de carrière, Meiway a fait de grosses révélations sur la mort de Wompy, le géniteur de DJ Arafat. Le roi du zoblazo a confié  que le célèbre musicien ivoirien est mort dans ses bras.

Pionnier de la musique urbaine ivoirienne, Meiway a été très proche de famille Houon. Même s’il n’a pas eu de chance de côtoyer comme il l’a confié lui-même Dj Arafat décédé le 12 Août dernier, le roi du zoblazo a été un ami intime du feu Wompy, géniteur du Yorobo. Ingénieur de son, Houon Pierre de son vrai nom est décédé le 31 octobre 2012 dans sa chambre d’hôtel alors qu’il participait à la caravane de la paix et de la réconciliation organisée par Meiway à l’intérieur de la Côte d’Ivoire alors en pleine crise post électorale. Un moment pénible sur lequel l’artiste est revenu avec émotion. « On était sur la caravane de sensibilisation à la réconciliation et à la paix dans plusieurs régions du pays. Wompy était en état de convalescence, il avait même subi plutôt une opération, on le sentait diminué, mais il a tenu à faire avec nous cette tournée dans les villes de l’intérieur du pays. Je me souviens qu’on lui avait préconisé de se reposer, il a répondu en disant : « ça va, ne vous en faîtes pas pour moi, je serai avec vous », temoigne Meiway, qui ajoute : « On a sillonné les villes de San Pédro, Gagnoa, Korhogo, avant de rallier Abengourou, on a fait une escale à Yamoussoukro ».

Le Génie de Kpalezo apprend que c’est au cours de cette brève escale dans la capitale politique, que le musicien chevronné, Wompy a rendu l’âme, « Wompy est mort dans sa chambre d’hôtel, on a tapé à la porte de sa chambre, il nous a jamais répondu. Il est mort dans mes bras lors de l’escale de Yamoussoukro, dans sa chambre », a confié Meiway. L’artiste ne meurt jamais. Vive l’artiste !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer