Bénin: les fonctionnaires de l’Etat détenteurs de faux diplômes bientôt radiés

Les membres du gouvernement ont tenu la traditionnelle séance du conseil des ministres ce mercredi 11 septembre 2019. Au cours cette assise, un compte rendu a été fait sur les travaux de vérifications de la régularité des opérations de reversement dans la fonction publique des agents occasionnels et autres agents contractuels de l’Etat entamés il y a environs deux ans. Lesquels travaux qui ont révélé assez d’irrégularités dans l’opération de reversement. 

A lire aussi: Bénin : le 1er conseil des ministres du 4è gouvernement de la rupture (video)

Selon le relevé du conseil des ministres, plusieurs anomalies ont été constatées dans le processus de reversement dans la fonction publique. Les travaux conduits par une commission interministérielle ont porté sur un total de 37 607 dossiers ayant servi de base au reversement de 30 776 agents.

A lire aussi: Benin: voici le compte rendu du conseil des ministres du 11 septembre 2019

Ces anomalies concernent entre autres l’âge d’intégration des agents dans la fonction publique. En effet, certains agents ne replissaient pas la condition de 18 ans minimum au moment de leurs intégrations dans la fonction publique et d’autres ont dépassé déjà l’âge de d’admission à la retraite (60 ans). Des irrégularités portent également sur les diplômes produits par certains agents. Ainsi, l’on note des discordances de dates entre lesdits diplômes et les actes de naissance, la postériorité de parchemins à la date de recrutement de l’agent, de même que des diplômes obtenus à l’étranger mais non assortis de certificats d’équivalence ou d’authenticité.

A lire aussi: Bénin: voici les grandes décisions du conseil des ministres du 11 septembre 2019

« Au total, la Commission a dénombré 25 135 agents régulièrement reversés et 5 641 qui l’ont été de manière fantaisiste. Ceux-ci devraient faire l’objet d’un renvoi pur et simple de la fonction publique », précise le conseil. Mais le gouvernement a décidé de leur accorder sa clémence compte tenu de certaines situations. « Considérant que les irrégularités constatées sont généralement imputables à divers responsables politiques et administratifs, et que les agents concernés sont en situation d’emploi depuis plus d’une dizaine d’années déjà, le Conseil a décidé, nonobstant ces constats, et pour des raisons d’ordre social, de les maintenir en service », a informé le conseil avant de préciser que cette mesure ne prend pas en compte les agents détenteurs de faux diplômes. Ces derniers seront purement radiés de la fonction publique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici