Education

Bénin-Evaluation diagnostique : « une pagaille gouvernementale», Candide Azannaï

Dans un message posté sur sa page Facebook, le président de Restaurer l’Espoir (RE), Candide Azannaï, a soutenu les enseignants qui ont boycotté l’évaluation diagnostique initiée par le gouvernement du président Patrice Talon. L’ancien ministre de la Défense estime que ladite évaluation n’est, ni plus ni moins qu’« une pagaille gouvernementale».

L’évaluation diagnostique initiée par le gouvernement du président Patrice Talon a eu lieu ce samedi 24 août 2019 sur toute l’étendue du territoire national. Une évaluation boycottée par certains enseignants qui craignent un licenciement en masse. Un choix soutenu par le président de Restaurer l’Espoir (RE), Candide Azannaï.

En effet, dans un message posté sur Facebook intitulé : «  Adresse de soutien aux enseignants décidés à lutter pour préserver leurs droits professionnels et leurs acquis sociaux », l’ancien ministre de la Défense fait remarquer que l’organisation d’un « test ou d’un concours (pour évaluer les enseignants) n’est mentionnée nulle part  dans les divers statuts qui régissent les enseignants contractuels reversés ». Pour l’ancien député, l’évaluation de ce jour n’est rien d’autre qu’ « une pagaille gouvernementale qui profite d’une situation avancée de castration syndicale quasi-générale ». Le résultat à l’issue de cette évaluation ne sera rien d’autre que de l’instabilité grandissante dans le secteur de l’éducation, informe l’homme politique. Le seul alternatif qui s’impose au gouvernement, dira-t-il, est l’organisation d’une évaluation conforme aux normes et principes législatifs et réglementaires sur un plan strictement professionnel excluant toute considération d’ordre politique, syndical, philosophique, ethnique ou religieux.

A lire aussi : Bénin – Evaluation diagnostique : un enseignant arrêté à Parakou

Tout en condamnant avec la dernière rigueur « le caractère irrégulier et cavalier de l’évaluation d’exclusion professionnelle » de cette évaluation, l’ancien bras droit de Patrice Talon a exprimé « son soutien franc aux enseignants concernés décidés à se battre jusqu’au bout pour la revendication et la préservation de leurs droits et acquis professionnels et sociaux ».

A Lire Aussi

Bénin: voici la date d’entrée en fonction des aspirants au métier d’enseignant

Méschac DEGBETCHI

Bénin : Une lueur d’espoir pour les aspirants au métier de l’enseignement

Romaric Déguénon

Bénin : voici la liste des candidats admis au concours d’entrée dans les lycées publics

Méschac DEGBETCHI

Bénin-Rentrée scolaire 2019-2020: voici la liste des collèges privés non autorisés

Méschac DEGBETCHI

Bénin : des cantines scolaires cambriolées dans le Mono

Romaric Déguénon

Bénin-Rentrée scolaire 2019-2020: Salimane Karimou donne le top à Aplahoué

Méschac DEGBETCHI

2 commentaires

Dako Félix 25 août 2019 at 16 h 04 min

Moi , je ne peux jamais soutenir les enseignants qui ont boycotter cette évaluation diagnostique , parceque je ne dispose pas des moyens pouvant m’aider à embaucher et à payer ceux _ là .

Répondre
TOHAN 25 août 2019 at 20 h 32 min

La personne te dépasse et tu dis que c’est un peu seulement.un président n’est pas un petit. s’il te di d’aller composer,cour même pour y aller.sinon s’il te coupe ton salaire tu iras te plaindre à qui.Azanaī qui parle maintenant,on peut l’enfermer dans sa propre maison pendant un an.il peut faire quoi?donc attention il n’y a pas un président qui soit petit.

Répondre

Commenter cet Article

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

Notre site internet utilise des cookies, comme la plupart des sites, afin de nous aider à améliorer votre expérience lorsque vous naviguez sur notre site. Accepter En savoir plus