Bénin – Evaluation diagnostique : un enseignant arrêté à Parakou

Centre de composition CEG 3 de Lokossa

Ce samedi 24 août 2019, les 18.045 enseignants ACE promotion 2008 ont pris d’assaut les différents centres de compositions réservés à cet effet, pour se faire évaluer. Une évaluation qui aurait pour but d’assainir le système éducatif. A Parakou, un groupe de frondeurs a tenté de perturber le bon déroulement des compositions mais vite maîtrisé par les forces de l’ordre.

Malgré les grincements de dents, les appels au boycott, les enseignants contractuels de la promotion 2008 se sont rendus massivement dans les centres de composition ce jour dans l’ordre et la discipline.18.045 enseignants ACE de la promotion 2008 sont appelés à cette évaluation dite diagnostique dont le but selon le gouvernement est d’améliorer la qualité du secteur éducatif qui connait un déclin depuis quelques années.

Si dans l’ensemble, l’évaluation s’est plus ou moins bien déroulée, à Parakou, un incident a failli empêcher le bon déroulement des épreuves. En effet, selon le quotidien Daabaaru, une altercation aurait eu lieu entre forces de l’ordre et certains enseignants au lycée Mathieu Bouké, le seul centre de composition du Borgou. Tout serait parti d’une Assemblée générale organisée par quelques frondeurs pour rallier leurs collègues qui ont fait le choix de participer aux évaluations. Chose que n’entende pas laisser ainsi faire, l’impressionnant dispositif sécuritaire érigé à cet effet.

A coup de gaz lacrymogène, les policiers ont dispersé la foule d’enseignants. Dans la foulée, un enseignant est tombé dans les mailles de la police républicaine. Aux dernières nouvelles, le calme est revenu et l’évaluation s’est bien déroulée.

1 COMMENTAIRE

  1. On doit mettre une fin aux désordres qui règnaient dans notre pays . Comment des individus malintentionnés pourraient organiser des troubles à l’ordre pour que ceux qui volontairement voudraient composer ne le fassent pas . C’est ce que des gens avaient fait pour empêcher les personnes de bonnes moralités de ne pas pouvoir faire leur vote lors des législatives passées . Comment dans un pays de droit on peut accepter de pareilles choses ? Non Les forces de l’ordre ont bien réagi .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici