Bénin: l’Usl ne répondra à aucune injonction «illégale» du ministère de l’intérieur, selon Donklam Abalo

Le président de la république Patrice Talon a rencontré lundi 15 juillet, les partis politiques n’ayant pas participé aux élections législatives du 28 avril dernier. A l’issue de cette séance, il a été retenu que ces partis devront se rapprocher du ministère de l’intérieur pour les formalités pouvant leur permettre d’avoir une existence juridique. Mais après la séance avec le ministre de l’intérieur, certains partis, surtout ceux se réclamant de l’opposition dont l’Union sociale Libérale, se sont opposés aux nouvelles exigences du ministère.

A lire aussi: Bénin – Dialogue politique: voici ce que pense l’ancien ministre Komi Koutché

Le parti Union sociale Libérale ne se voit pas dans les nouvelles exigences du ministère de l’intérieur avant de lui remettre le papier justifiant de son existence juridique au Bénin. C’est l’annonce faite par le responsable à la communication dudit parti, Donklam Abalo au micro de Sika Tv. Selon ce dernier, le ministère de l’intérieur leur réclame les mêmes pièces qui selon lui, sont « illégales » puisqu’il s’agit des pièces déjà fournies. « Après concertation des instances de notre parti, après consultation des militants. Et après avoir étudié naturellement les injonctions « illégales » du Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité Publique, notre parti oppose un refus ferme et catégorique face aux écrits qui pour nous sont « illégaux » du Ministère de l’Intérieur », a fait savoir le responsable à la communication du parti Usl.

A lire aussi: Bénin: ce que pense Patrice Talon des exilés et prisonniers politiques 

A en croire ses propos, en allant à la rencontre avec le chef de l’Etat, le parti Usl s’attendait à ce que les documents officiels du parti lui soit remis car l’Union sociale libérale avait remis tous les documents qui devrait lui permettre d’avoir une existence légale conformément aux lois de la république, mais cela a été le contraire. « En allant devant le Président et le Ministre nous attendions simplement que les documents officiels du parti lui soient remis; ça n’a pas été le cas. Nous avons éprouvé à nouveau la mauvaise foi de nos gouvernants, et aujourd’hui nous sommes en mesure de dire que nous ne répondrons à aucune injonctions « illégales » du Ministère de l’intérieur. Nous n’allons pas substituer des documents légaux comme le demandent les autorités de notre pays », a déclaré Donklam Abalo avant d’ajouter que ce faisant, le gouvernement a décidé de rayer de la carte géopolitique l’ensemble des partis politiques de l’opposition. Toutefois, le responsable à la communication a invité les militants du parti Usl au calme et à la sérénité car ils seront informés des dispositions à prendre au moment venu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici