Bénin: «Il ne m’est jamais venu à l’esprit de causer du tort à Yayi Boni», Patrice Talon

Patrice Talon (g) et Boni Yayi

 Initialement prévue pour le mercredi 19 juin, c’est finalement jeudi 20 juin 2019 que s’est tenue la rencontre entre le président de la République Patrice Talon et les cadres de la ville de Tchaourou. Cette rencontre s’inscrit dans la démarche d’un retour à la paix dans cette localité du pays, témoin d’incidents d’une extrême violence qui ont causé des morts et plusieurs blessés graves.

Ce jeudi, le chef de l’Etat Patrice Talon a échangé avec les cadres de Tchaourou dans le but de trouver les voies et moyens d’un retour à la paix dans cette ville. Initialement prévue pour mercredi, cette rencontre a été finalement reportée sur jeudi  parce que le locataire de la Marina a souhaité la présence du roi de Tchaourou à ces échanges. D’autant plus que le roi et sa suite n’ont pu rallier Cotonou que dans la soirée du mercredi. Au cours des échanges, le chef de l’Etat a confié à ses hôtes qu’il ne fera rien qui puisse nuire à l’intégrité physique ou morale de l’ancien président Boni Yayi. «Je ne lui veux aucun mal. Il ne m’est jamais venu à l’esprit de causer du tort à la personne de Yayi Boni», a déclaré le président Talon selon une information rapportée par le site du journal Le Matinal. Selon cette source, le locataire de la Marina a pris l’engagement  d’être le porte-parole de la délégation pour demander pardon à tout le peuple béninois, aux victimes, aux personnes blessées ainsi qu’aux personnes décédées ou celles qui ont perdu leurs biens dans les violents incidents survenus dans le pays depuis l’organisation tant décrié du scrutin législatif du 28 avril dernier. Il a laissé entendre qu’il fera tout ce qui est en son pouvoir  pour ramener la paix et la quiétude dans le pays.

A lire aussi : Bénin-Violences post-électorales: Patrice Talon rencontre les cadres de Tchaourou ce jour

De son côté, la délégation conduite par le roi de Tchaourou a regretté les scènes de violence constatées un peu partout dans le pays. Pour ce qui est de celles orchestrées dans la ville natale du président des FCBE, ils ont fait le serment que de tel déchainement de violences ne seront plus jamais constatées dans leur région. Ils ont pour finir remercié le chef de l’Etat pour ces échanges fructueux et ont promis œuvrer pour la réussite de son fin de mandat.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici