Politique

Reforme constitutionnelle au Togo: le mandat législatif passe de 5 à 6 ans

Drapeau togolais

La réforme constitutionnelle au Togo a finalement aboutie dans la nuit du mercredi au jeudi 9 mai. Après des débats très houleux au sein du parlement, les élus du peuple ont voté à la majorité cette révision constitutionnelle qui apporte un vent nouveau à la vie politique du pays.

Togo: après 30 ans, les élections locales annoncées pour le 30 juin prochain

Réunis en session ordinaire dans l’après-midi de ce mercredi 8 mai au siège de l’Assemblée nationale, les députés ont adopté le projet de révision constitutionnelle introduit par le gouvernement du président Faure Gnassingbé.

En effet, cette révision porte essentiellement sur la limitation du mandat du président de la république, du mode du scrutin, de la composition de la cour constitutionnelle, de même que la durée du mandat des députés. Après une légère suspension des débats, le consensus fut trouvé autour de la durée du mandat présidentiel de cinq ans renouvelable une seule fois. Selon le 1er alinéa de l’article 59 de la nouvelle loi fondamentale, « le président de la république est élu au suffrage universel direct et secret pour un mandat de cinq (05) ans renouvelable une seule fois ».

Limitation du mandat des députés, une innovation

La réforme constitutionnelle intervenue hier au Togo n’a pas seulement touché la présidence et la cour constitutionnelle mais aussi l’Assemblée nationale. Si cette réforme pourrait ressembler à une révision de plus, la limitation du mandat des députés limites les commentaires. Ce faisant, le Togo devient l’un des 1ers pays dans la sous-région et même sur le continent à concrétiser la limitation du mandat législatif. Désormais, le mandat des élus du peuple togolais passe de 5 à 6 ans renouvelable deux fois. C’est dans la liesse que les 89 députés présents et une procuration ont adopté cette nouvelle constitution aux environs de 23 heures.

A Lire Aussi

Fête des mères 2019 : les FCBE honorent les “mamans“ du Bénin

Bénin – Crise politique: Candide Azannaï en conférence de presse lundi

Bénin – Participation aux législatives: “nous n’étions pas dans un combat politique à durée déterminée” Cressan Agossou

Marturin ATCHA

Bénin-Crise politique: le PCB contre tout appel à une ingérence des puissances étrangères

Méschac DEGBETCHI

Coopération: Donald Trump rend visite au nouvel empereur du Japon

Marturin ATCHA

Bénin-8è législature: il faut qu’on « arrête de dire que nous sommes illégitimes » Gildas Agonkan

Marturin ATCHA

Commenter cet Article

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

Notre site internet utilise des cookies, comme la plupart des sites, afin de nous aider à améliorer votre expérience lorsque vous naviguez sur notre site. Accepter En savoir plus