Bénin – Campagne électorale: l’UP veut faire les choses autrement, selon Sylvain Zohoun

Logo de l'Union Progressiste (UP)

L’émission « Carte sur table » du dimanche 14 avril 2019 sur la radio Océan FM a reçu l’ancien député à l’Assemblée nationale et membre fondateur de l’Union progressiste Sylvain Zohoun. L’homme s’est prononcé sur le début timide de la campagne et l’exclusion des partis d’opposition des élections législatives prochaines.

L’Union Progressiste (UP) veut faire les choses autrement. C’est en tout cas la conclusion qui se dégage de l’intervention de l’ancien député à l’assemblée nationale Sylvain Zohoun sur les ondes de la radio Océan Fm le dimanche 14 Avril 2019. En effet, sur l’émission dominicale « Carte sur table », le membre fondateur de l’UP s’est prononcé sur le début de campagne électorale pour les législatives du 28 avril. Une campagne , sans véritable enjeu, se déroule entre deux formations politiques issues toutes de la mouvance au pouvoir. La campagne a été lancée le 12 avril dernier mais contrairement aux précédentes joutes électorales, elle ne suscite pas d’engouement. Pas de meeting géant, pas de défilé, pas de convoi de voitures traversant le pays sauf quelques affiches et affichettes dans les rues et autres carrefours, portant l’effigie des candidats en lice.

A lire aussi : https://lemagafrik.com/2019/04/legislatives-2019-liste-complete-des-candidats-de-lunion-progressiste-up/

Mais pour Sylvain Zohoun, l’UP est bel et bien en campagne. Le membre fondateur de ce parti politique acquis à la cause du président patrice Talon explique que contrairement à ce qui se faisait par le passé, sa formation politique va directement au contact des militants mais sans vacarme. En gros, l’UP  veut se démarquer des anciennes pratiques. « Il faut écouter et savoir concrètement ce qu’il faut faire avant de démarrer.  La campagne n’est pas un jeu. On doit être avec la population, expliquer et tout faire pour qu’elle vous comprenne. C’est surtout ça la campagne. Si elle  vous comprend bien, petit à petit, vous allez voir, qu’elle se penchera de plus en plus de votre côté », a-t-il expliqué. L’invité d’Hospice Houénou de Dravo estime qu’il ne suffit pas seulement de mettre plusieurs véhicules en circulation à l’effigie d’un parti politique pour battre campagne. « C’est l’une des failles qui a toujours jalonné notre système politique  et qu’il faut corriger », a-t-il ajouté

A lire aussi : https://lemagafrik.com/2019/04/robert-dossou-nous-ne-sommes-plus-en-democratie-au-benin/

Puis abordant la question relative au climat délétère qui prévaut en cette veille électorale où, notamment sauf retournement spectaculaire de situation, l’opposition ne participera pas à ces consultations électorales, l’ancien membre des Forces Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE), trouve que le fait que le Bloc Républicain (BR) et l’Union progressiste (Up) soient les seuls partis en lice pour ces élections ne constitue pas une entorse aux fondamentaux des acquis démocratiques . « Ce n’est pas un concours qui a été fait pour désigner deux partis de la mouvance. Maintenant, on veut donner un peu plus de rigueur aux lois. Ça aussi, c’est la démocratie. Les grands pays, c’est ce qu’ils ont fait pour devenir de grands pays démocratiques parce que la loi est là, il n’y a pas de virgule à sauter. Il faut que désormais que nous prenions au sérieux les textes, qu’on aille lire ce qu’on a voté et qu’on les applique», a-t-il dit.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici