France: un commandant de police de Toulon frappé par des “gilets jaunes”(vidéo)

0

Alors qu’une vidéo tournée en boucle sur les réseaux sociaux, montre le commandant de police de Toulon tabassé des Gilets jaunes, une nouvelle image publiée révèle que ce dernier avait été lynché par des manifestants quelques heures plus tôt.

Didier Andrieux est, depuis plusieurs jours, sous les feux de la rampe. Une vidéo, diffusée en boucle sur les réseaux sociaux et les chaînes de télévision, montre le  commandant de police de Toulon, asséner plusieurs coups de poing au visage  à un homme plaqué contre un mur, ainsi qu’à un manifestant sur le capot d’une voiture, en marge du rassemblement des “gilets jaunes” samedi dernier.

Mais, une nouvelle vidéo publiée par son avocat, dévoile que ce dernier avait été roué de coups deux heures auparavant par des Gilets jaunes.

La vidéo est enregistrée par une femme d’un immeuble qui surplombe un grand boulevard. On y voit plusieurs  “gilets jaunes“, dispersés sur les voies de circulation. Le commandant de police, veste bleue et casque blanc, s’avance d’abord rapidement pour repousser les manifestants qui lui font face. Il est alors poussé dans le dos par un “gilet jaune“, tombe au sol, et est frappé pendant plusieurs secondes par une dizaine de manifestants, a  rapporté Europe 1, « Oh putain, ils sont en train de lyncher le flic ! », commente en direct la femme qui tourne les images.

Selon  l’avocat de Didier Andrieux, Me Christophe Bass, cette vidéo prouve que le mouvement des Gilets jaunes se radicalise avec un degré de violence à l’extrême. « C’est un épisode qui se situe 2h30 avant les images qui tournent en boucle. C’est le niveau le plus bas de l’escalade de violence qui a suivi et qui trouve son paroxysme avec un niveau de violence encore plus élevé, et qui va donner lieu à des gestes de police à la fois nécessaire pour les interventions, et qui restent proportionnés », a confié le conseil au micro d’Europe 1. Selon Me Bass, le commandant de police aurait subi ce qu’il appelle un déchaînement de haine injustifié, en voulant protéger son commissaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. AccepterEn savoir plus