Les faits remontent à 2014 où le label Wati B aurait remis à Maître Gims 800 000 euros pour la production de son album « Mon cœur avait raison ». Selon le plaignant, au lieu de « réaliser ses albums », le rappeur aurait utilisé cet argent « pour assurer son train de vie ». L’ancien producteur de Maître Gims accuse aussi d’avoir essayé de mettre fin à son contrat avec lui, en « montant ses propres structures en parallèle de sa carrière ».  A ce titre, il est poursuivi pour faux, usage de faux, abus de confiance et escroquerie.