“Je me sens un peu responsable de ses derniers instants”, partage le Dr Frédéric Mailliez.

Le 25e anniversaire de la mort de la princesse Diana est à nos portes. Alors que de nombreuses personnes à travers le monde se souviennent de l’endroit où elles se trouvaient lorsqu’elles ont appris le décès de la princesse de Galles, celles qui étaient présentes lors de cette soirée fatidique à Paris se rappellent elles aussi ce qui s’est passé.

Le 31 août 1997, le Dr Frédéric Mailliez rentrait d’une soirée en voiture par le tunnel de l’Alma à Paris lorsqu’il a remarqué une Mercedes fumante. “Je me suis dirigé vers l’épave. J’ai ouvert la porte et j’ai regardé à l’intérieur”, se souvient-il à l’Associated Press.

Ce qu’il a vu : “Quatre personnes, deux d’entre elles étaient apparemment mortes, aucune réaction, aucune respiration, et les deux autres, du côté droit, étaient vivantes mais dans un état grave. Le passager avant criait, il respirait. Il pouvait attendre quelques minutes. Et la passagère, la jeune femme, était à genoux sur le sol de la Mercedes, elle avait la tête baissée. Elle avait du mal à respirer. Elle avait besoin d’une assistance rapide.”

Il a couru jusqu’à sa voiture pour prendre un sac respiratoire et appeler une ambulance. “Elle était inconsciente. Grâce à mon ballon respiratoire… elle a retrouvé un peu d’énergie, mais elle ne pouvait rien dire”, se souvient Mailliez.

“Je sais que c’est surprenant, mais je n’ai pas reconnu la princesse Diana”, poursuit le médecin français. “J’étais dans la voiture, sur le siège arrière, en train de porter assistance. J’ai réalisé qu’elle était très belle, mais mon attention était tellement concentrée sur ce que je devais faire pour lui sauver la vie, que je n’ai pas eu le temps de me demander qui était cette femme.”